Apaiser ses fantômes

Dans une vie précédente, j’étais formatrice d’anglais. J’enseignais ma langue maternelle aux professionnels et je voyageais d’entreprise en entreprise, ou en école de langue pour dispenser mon savoir. 

J’ai rencontré certes des hommes et des femmes professionnels, experts dans leur domaine – mais des hommes et des femmes dont les blessures de vie pointaient leur nez pendant la formation.

Le manque de confiance en soi, les croyances limitantes du genre « je suis nul », « on ne m’aimera pas si je … », « il faut que tout soit parfait », ou encore la peur empêchait le stagiaire de profiter pleinement de sa formation. La peur de l’erreur, de l’échec, d’être humilié, d’être mise à nu ; l’embarras d’énoncer des sons et des mots bizarres ; le recul devant la prise de risque ; bégayer, rougir, d’avoir des sueurs froides quand c’était à leur tour de parler ; l’angoisse avant une évaluation et l’annonce de « la note » avec l’incrédulité de leur réussite.

Que se passe-t-il ?

Tout se situe dans le cerveau limbique (aussi appelé le « cerveau des émotions »). Le cerveau limbique est un système composé de plusieurs éléments qui régulent notre comportement, le fonctionnement basique du corps ainsi que la mémoire. C’est également le gardien de nos souvenirs, et quand il est allumé par la résurgence d’un souvenir – qu’il soit agréable ou douloureux – c’est comme si la personne retourne dans son passé. 

Ce cerveau limbique est rigide, simpliste et détachée de la réalité présente. La personne est donc submergée par des émotions provenant d’un souvenir passé qui envahit l’espace psychique et ne permet pas l’accès au cortex, c’est la partie du cerveau qui permet l’analyse, la réflexion et l’apprentissage. C’est comme si on est sur un manège, on a la tête qui tourne, mais il est impossible de descendre avant la fin…

Alors comment faire quand l’émotion est trop forte ?

Dans l’immédiat, il est possible de mettre en place ces astuces. Elles ne résoudront pas le fond du problème (vos souvenirs qui occasionnent des émotions fortes et désagréables), mais elles permettront de faire baisser la tension et de « descendre » de ce manège émotionnel qui tourne en rond.

  • Faites de la respiration profonde. Pour cela, inspirez par le nez (la bouche fermée). Le ventre et la poitrine vont gonfler. Ensuite, bloquez votre respiration quelques secondes, comme une pause. Puis expirez lentement, lentement… par la bouche jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’air à sortir. A ce moment, le ventre et la poitrine ont repris leur état normal. Reprenez l’exercice plusieurs fois.
    Pourquoi ça marche ?
    Parce que vous vous concentrez sur autre chose (surtout si vous comptez les secondes de chaque étape : Inspire-2-3-4 ; Pause-2-3-4 ; Expire-2-3-4-5-6-7-8). Cela marche également parce que vous êtes dans la réalité présente, sur ce qui se passe ici et maintenant dans votre corps.
  • Bouger. Changer de position physique, aller marcher un peu, faire quelques étirements (lever vos bras comme pour toucher le plafond, puis lentement – pour éviter des tournis – baissez-vous comme pour toucher le sol, sans plier les genoux).
    Pourquoi ça marche ?
    Comme pour l’exercice précédent, vous reprenez conscience de votre corps entier dans le présent. Changer de position, faire des étirements ou aller marcher – même 10 minutes – permet au cerveau de se remettre en mouvement, car le corps et la psyché sont liés.
  • Mâcher quelque chose très fort : un chewing-gum à la menthe extra-forte, un piment, du gingembre, l’écorce d’un pamplemousse.
    Pourquoi ça marche ?
    Le goût fort et inhabituel est comme un électrochoc à vos papilles. Votre cerveau va maintenant se détourner de l’émotion forte pour se concentrer sur cette nouvelle sensation.
  • Dans cette même idée, concentrez-vous sur vos 5 sens. Faites attention à votre environnement… et trouvez :
    • 5 choses que vous pouvez voir – puis fermez les yeux et…
    • Nommez 4 choses que vous pouvez entendre
    • 3 choses que vous pouvez toucher
    • 2 parfums/odeurs que vous sentez
    • le goût dans votre bouche

Vous avez essayé ? Alors comment vous sentez-vous ? Du soulagement, un moment répit, un apaisement, un moyen de « briser le cycle », une expérience nouvelle, une découverte surprenante… ?

Comme nous l’avons vu plus haut, ces techniques sont des stratégies pour faire baisser une tension émotionnelle sur le moment : une sorte de diversion qui permet de retrouver relativement rapidement un mieux-être. Ces techniques ne répondent pas au problème du fond qui est votre vécu, une expérience difficile, blessante voire traumatisante. Pour cela, il est préconisé d’entreprendre une thérapie avec le professionnel de votre choix pour explorer ce passé douloureux, pour traiter les souvenirs et en sortir libérée.