Comment dire “Non” !

Ô combien de fois on a dit oui, alors que, de tout son être on voulait dire “non” ? Par peur, par culpabilité, pour que l’autre pense que je suis une bonne personne, pour éviter le conflit, pour toutes sortes de raisons tout à fait valables, on a dit « oui ». Et on l’a regretté. Mais on n’a rien dit.

Et puis, au fond de soi, déçue de son incapacité à dire non, en colère contre soi-même ou l’autre, ou avec du ressentiment, de l’amertume, on subit les conséquences de ce « non » non-exprimé.

Alors comment faire pour verbaliser ce « non » qui bouillonne en vous ?

  • D’abord, qu’est-ce qui est important pour vous ? Quelles sont vos valeurs ? quelles sont vos priorités en ce moment ? Explorer ces questions va vous permettre de dégager une ligne de conduite. Si vous donnez votre temps et votre énergie aux choses qui ne sont pas alignées avec vos valeurs, cela va vous stresser. Mais en respectant vos valeurs et en définissant vos priorités en amont, vous allez pouvoir choisir quand et à qui vous souhaitez dire oui.
    Par exemple, vous disposez de 3h de temps libre par semaine. Si on vous demande d’être la trésorière de l’association, vous avez les compétences, mais cela vous demandera vos 3 heures, alors que vous vous êtes inscrite à une formation qui vous demande également ces 3 heures. Qu’est-ce qui est plus important pour vous : servir les autres en tant que trésorière, ou faire avancer votre projet en vous formant ? Comment préférez-vous passer ces 3 heures de temps libre ?
  • Fixer des limites. Maintenant que vous avez défini vos valeurs et priorités, c’est à vous de les protéger ! Poser des limites est une façon d’indiquer aux autres où vous en êtes et ce qu’ils peuvent attendre de vous (ou pas). Cela vous empêchera de dépenser l’argent que vous n’avez pas ou de faire des activités qui ne vous intéressent pas. Ne laissez pas les autres décider à votre place !
  • En parler avec une personne de confiance. Parfois, en discuter avec quelqu’un permet de prendre conscience de ses difficultés ou de réajuster ses attentes et on se sent beaucoup moins seule ! Que cela soit une copine, un conjoint, un membre de la famille, quelqu’un qui vous connait bien peut vous renvoyer une image plus réaliste de vous-même et de la situation ou au moins vous proposer une autre perspective ou d’autres idées !
  • Refuser la culpabilité. Ne dites jamais « oui » parce que la culpabilité vous y pousse ! Dire oui alors qu’on veut vraiment dire non va occasionner du ressentiment et de la frustration. Vous aurez le sentiment de vous laisser faire, que l’autre aura « gagné ». Ce n’est bon ni  pour votre santé mentale, ni pour le lien avec cette personne. Vous avez le droit de dire « non » sans avoir à vous justifier. Si, si, vous pouvez dire non…
  • Rester claire et respectueuse. Maintenant que c’est décidé dans votre tête, c’est le moment de l’exprimer de manière claire et respectueuse. C’est-à-dire sans faire d’excuse, de fausse promesse (genre « je vais voir, peut-être que… ») ou de faux compliments (« Ah oui ! C’est chouette » alors que cela ne l’est pas – pour vous !)
    Pour éviter un « non » brutal et sec, vous pouvez, par exemple, tourner votre « non » en :
    – Merci pour l’invitation, mais cela ne va pas être possible pour moi ce jour-là.- Hum… puisque vous ne me donnez le dossier que maintenant et qu’il me faut tant d’heures pour le finir, je ne peux pas le finir pour ce midi. Par contre, je pourrais te le rendre _____.
    – Désolée, je ne peux pas, mais j’espère que vous passerez tous un bon moment. Tu me raconteras…
  • Préparer votre discours. Quand on n’est pas habituée à utiliser ce petit mot si puissant, il peut avoir du mal à sortir de la bouche ! Préparer quelques phrases pour gentiment dire « non » à son patron, à sa belle-famille, à des connaissances permet de s’entrainer à le dire. Anticiper permet de ne pas être prise au dépourvu et de balbutier une réponse incohérente, mais, au contraire, d’affirmer son « non », sa volonté, avec conviction et justesse.

Chaque fois qu’on dit « oui » à quelque chose, on dit forcément « non » à quelque chose d’autre. L’idée est de bien choisir afin de ne pas avoir de regrets. Et si vous en avez, vous saurez comment vous réajuster une prochaine fois. L’essentiel c’est de dire « oui » à la bonne personne, pour les bonnes raisons et au bon moment !

Et vous ? Sur quel point avez-vous besoin de travailler pour pouvoir dire votre « non » ?