Découvrir mes dons

Cuisiner un repas délicieux pour régaler ses amis ; peindre des tableaux incroyables ; laver et panser les blessures des malades ; voir et réfléchir en 4D ; captiver son public par une histoire drôle ou mystérieuse ; comprendre les complexités du corps humain; savoir expliquer un fonctionnement quelconque de manière compréhensible ; avoir une créativité particulière…  il y a autant de dons qu’il y a de personnes !

Mais comment déceler, protéger et faire grandir mes dons ?

Dans une vie précédente, j’étais chargée de développer des formations en anglais pour un public professionnel.  Je me souviens d’un appel d’offre où je devais créer un programme sur mesure. Je devais tout monter du début à la fin, mais pour moi, cela me semblait logique et naturel et j’y prenais une grande satisfaction à tout organiser.

Mon contrat prend fin avant d’avoir le temps de terminer le dernier module.  J’ai donc laissé des notes pour ma remplaçante.

Quelques jours plus tard, celle-ci m’appelle paniquée.  Elle avait lu mes notes mais ne savait pas comment faire.  Je réexplique et raccroche.  Mais elle me rappelle encore… 

Je traverse un sentiment de culpabilité : « j’ai mal expliquée ».  Puis j’ai manqué d’empathie à son égard : « elle est bête ou quoi ! »  Autant c’était évident pour moi, autant j’avais du mal à imaginer que ce ne l’était pas pour elle.  J’avais la capacité de faire quelque chose que d’autres n’arrivaient pas à faire aussi bien ou aussi facilement que moi.  Et je prends conscience de mon don !  

Cette découverte a provoqué à la fois la fierté et l’humilité.   La fierté parce que j’avais une « spécialité »  qui était fort appréciée.   Puis, l’humilité parce que mon don est également pour le service des autres.   

Logique, naturel, compétence, développement, fierté, plaisir et service sont des mots clés lorsqu’on parle de ses dons.

Comment déceler, protéger et faire grandir mes dons ? 

  1. Je peux avoir un ou plusieurs dons qui sont innées et donc logiques ou naturels pour moi.  L’un n’est pas mieux que l’autre : tous participent au projet, à ma mission de vie.  C’est à moi de les découvrir.  En expérimentant des taches variées, je multiplie les occasions de tester mes capacités et de voir ce que j’aime faire ou ce que je fais naturellement bien.
  2. Malgré des efforts, des tâtonnements ou des échecs, je persévère.   Réussir me procure de la satisfaction et je me sens et je me sais compétente.  Cela va à son tour nourrir mon estime de moi, et je vais pouvoir affirmer que j’ai tel don. Mes dons construisent mon identité.
  3. Avoir un don ne suffit pas : j’ai envie de le développer. J’apprends d’autres personnes qui ont le même don et qui sont plus avancés que moi. Ces personnes vont également confirmer qu’elles voient en moi ce don et elles vont m’encourager à l’améliorer.
  4. D’autres vont me faire des retours positifs.  Je prends plaisir à exercer mon don et je prends plaisir à recevoir des compliments.
  5. Je suis disponible et volontaire pour partager mon don avec les autres.  Je veux bien donner de mon temps et/ou mon énergie pour investir les autres.  Je participe à la société dans laquelle je vis.

Je suis responsable de mon don, car il est à moi.  C’est à moi de décider si je vais partager mon don ou si, cette fois-ci, j’ai besoin de me préserver/protéger et refuser un service.  Parfois ce service aux autres est gratuit, parfois il est payant.  J’ai le droit de recevoir une récompense en appréciation pour ma participation.