Miroir, miroir… Avoir une bonne image de soi

Un petit quiz pour commencer ! Cochez toutes les cases qui vous correspondent :

  • Je suis consciente de mes points forts et mes limitations, et je m’aime quand même
  • Je me trouve compétente dans les domaines qui me sont importants
  • Je suis confiante de trouver des réponses à mes problèmes
  • J’exprime clairement mes besoins et désirs
  • Je sais que j’ai de la valeur

Si vous avez cochez les 5 cases, alors votre estime de vous-même est bonne. Et si vous n’en avez pas cochez, ou pas beaucoup ? Sachez que ce n’est pas une fatalité, il est tout à fait possible de récupérer une bonne estime de soi.

L’estime de soi fait partie de notre personnalité, de notre identité. Même si c’est dans l’enfance qu’elle se construit, elle continue d’évoluer tout au long de la vie.

L’estime de soi se construit à partir de deux éléments. Premièrement, ce que les personnes importantes autour de moi me renvoient : les messages que je reçois de mon père, de ma mère, de mon conjoint, de mes pairs, de mes amis. Deuxièmement, ce que j’ai construit comme idéal (qui par nature n’est pas réaliste). Si l’idéal du moi est trop exigeant, ou le retour des proches n’est pas juste, alors mon estime de moi va prendre des coups.

Concrètement, ces messages que je reçois des personnes importantes autour de moi, et de mon ‘moi idéal’ portent sur trois axes : la vision de soi, la confiance en soi et l’amour de soi. Puis, à partir de ce retour informatif, je vais poser mon avis évaluatif.

  • L’amour de soi est le socle de l’estime de soi. C’est l’amour que l’on se porte à soi-même. Il se base sur l’être et non pas sur le faire. Il n’est pas facile de s’aimer adulte si durant son enfance on a régulièrement reçu critiques, brimades et autres humiliations. Peut-être avez-vous mis un masque pour cacher la blessure, mais sachez que vous êtes digne d’amour et de respect. Il est important de nourrir cette petite voix intérieure qui vous rappelle votre valeur intrinsèque car c’est elle qui vous permet de surmonter les aléas de la vie et de reconstruire.
  • La vision de soi c’est le regard que j’ai sur moi-même. Cela implique une certaine connaissance de soi, mais à cela s’ajoute mon jugement. C’est donc une évaluation très subjective. Je peux être consciente de mes points forts et de mes limitations ou défauts… et après, quel discours j’y mets ? Est-ce que je me rabaisse en me disant « je suis nulle » ou « je ne suis pas comme tout le monde ». Ou est-ce que je suis, malgré tout,  convaincue que je suis quelqu’un de valeur et digne de respect ?
  • La confiance en soi est bonne lorsque je pense que je suis capable d’agir de manière adéquate dans une situation donnée. Cela ne veut pas dire que tout va être parfait, plutôt que je suis suffisamment compétente pour y arriver. Plus l’action ou la situation est importante pour moi, mieux je vais me sentir quand je réussis. Mes réussites nourrissent le sentiment de confiance en moi, me permettant de tenter d’autres expériences. Et en cas d’échec ? L’amour de soi et la vision de soi permettent de garder le moral.

Ces trois éléments sont interdépendants et donc la bonne nouvelle c’est qu’en travaillant l’un, vous allez influencer positivement les autres. Par exemple, en ‘osant’ faire quelque chose différemment, ou totalement nouveau, vous vous donnez la possibilité de goûter à une découverte, à une réussite. Cela va, à son tour, participer à une vision de soi plus satisfaisante et un amour de soi bienveillant et stable.

Quelle chose ou quelle action voulez-vous mettre en place cette semaine pour renforcer votre croyance que vous êtes une bonne personne et que vous pouvez « réussir » ?